Hiram « le père et le modèle des francs-maçons », selon le Rite Écossais Rectifié, est au cœur d’une légende maçonnique qui s’est construite progressivement pendant la première moitié du 18ème siècle. Cette légende joue un rôle décisif dans grade de Maître et constitue aujourd’hui le mythe fondateur de la Franc-Maçonnerie moderne.

L’apparition tardive d’Hiram dans la légende maçonnique

Ce personnage n’a pas toujours tenu une place essentielle dans la légende maçonnique et son apparition dans les rituels ne fut que graduelle (de 1725 à 1730). Il faut préciser qu’avant qu’Hiram ne fût sur le devant de la scène, Noé fut pendant un temps un personnage central dans les anciens écrits maçonniques.

Noé, ce patriarche biblique représentait l’art de la construction. James Anderson, dans ses Constitutions, affirmait que « la Grande Arche, quoique en bois, fut certainement fabriquée selon la géométrie et d’après les règles de la Maçonnerie. » Notons que des références à une tradition prenant pour base mythique l’histoire de ce patriarche du temps du Déluge, ont été maintenues dans certains Hauts Grades, notamment ceux du Rite Écossais Ancien et Accepté où l’on trouve des grades dits « noachides ».

Peut-être était-il nécessaire de changer de personnage afin d’associer l’histoire maçonnique avec la maçonnerie du métier de la pierre plutôt qu’avec le métier du travail du bois ? On peut également penser que l’initiation de métier n’a peut-être pas été insensible au fait que les plus grands artistes comme Michel-Ange ou Raphaël étaient des architectes qui jouissaient d’un grand prestige. Quoi qu’il en soit, la légende de Noé devint la légende d’Hiram sur l’arrière-plan de la construction du Temple de Salomon.

Hiram | 2 | Rite Ecossais Rectifié

Mais la Franc-Maçonnerie « spéculative » mit au second rang les vieilles traditions du métier relatives à l’Arche de Noé, à la Tour de Babel, à Nemrod, Hermès, Euclide, etc. Prenant ses distances avec la tradition opérative, c’est à la construction du Temple de Salomon qu’elle rattacha tout son symbolisme. Ce changement d’orientation devait naturellement faire grandir en importance Salomon, roi d’Israël et, ensuite, celui que la Franc-Maçonnerie va considérer comme l’architecte du Temple de Jérusalem, Hiram lui-même, qu’elle appelle Hiram Abif.

Bien que le contenu de la légende hiramique ressemble, sous certains aspects, à un vieux mythe, commun à plusieurs peuples de l’Antiquité, nous pouvons dire que le personnage d’Hiram est d’inspiration incontestablement biblique et nous partageons les propos de l’historien Roger Dachez qui écrit à ce sujet : « La franc-maçonnerie est, à l’origine, une initiation de Métier et l’ésotérisme qu’elle met en œuvre est d’essence judéo-chrétienne. »

 

Pour en savoir plus sur Hiram :

Lire le livre de Jean-Claude Sitbon

Hiram Exégèses bibliques et maçonniques du mythe fondateur de la Franc-Maçonnerie

 Mais la Franc-Maçonnerie « spéculative » mit au second rang les vieilles traditions du métier relatives à l’Arche de Noé, à la Tour de Babel, à Nemrod, Hermès, Euclide, etc. Prenant ses distances avec la tradition opérative, c’est à la construction du Temple de Salomon qu’elle rattacha tout son symbolisme. salem

            

A propos de l'auteur Voir tous les posts

JCS

Avec une pratique de plus de vingt années du Rite Écossais Rectifié, J.C. Sitbon a été Vénérable Maître de sa loge de 2003 à 2006 et rédacteur en chef, jusqu’en 2008, de L’Etroit Lien, journal destiné à une dizaine de loges provençales travaillant au Rite Écossais Rectifié.

En 2009, il fonde et depuis anime le Cercle d’Etudes et de Recherches sur le Rite Écossais Rectifié  (CERRER), situé à Marseille, dont les travaux visent à approfondir l’histoire des origines, de la structuration et de l’évolution de ce rite maçonnique. LE CERRER accorde également une place importante à l’étude de la symbolique et aux spécificités du Rectifié, tout en privilégiant une approche universelle.